Vidimus par un chanoine de Troyes au début du XIVe siècle

ADCO7H1527-1329

Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr) 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1329, 28 juillet (1)

== Regeste ==

Guillaume de Billy (2), chanoine de Troyes, délégué par Olivier de Cerzeto (3), chanoine d’Autun et exécuteur de P[ierre de Chappes], cardinal prêtre de Saints-[Sylvestre-et]-Martin-aux-Monts (4), vidime un acte de celui-ci, daté d’Avignon le 9 juillet 1329, par lequel il renonce à la grâce pontificale motu proprio lui accordant le prieuré de Radonvilliers, vacant par la mort de Bérenger [de Frédol], évêque de Porto (5), et allant à l’encontre de la collation par l’abbé de Molesme, Guillaume, qui a nommé Pierre de Dijon.
En conséquence Guillaume de Billy casse annule tous procès pendants et toutes sentences et excommunications portées contre l’abbé et les religieux de Molesme et contre Pierre de Dijon et ordonne à tous les autorités ecclésiastiques de publier ce fait.

  1. Ste-Marie-Madeleine le 22 juillet ; lettre dominicale A
  2. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici
  3. Olivier de Cerzeto, chanoine d’Autun et de Poitiers en 1330, largement attesté dans les lettres pontificales
  4. Pierre de Chappes, évêque de Chartres, créé cardinal des saints Sylvestre et Martin au Mont par Jean XXII lors du Consistoire du 18 décembre 1327, mort en 1336
  5. Béranger Frédol le Jeune, neveu de Béranger Frédol l’Ancien, évêque de Béziers, cardinal-évêque de Porto au titre des saints Nérée et Achillée, mort en 1323
Publicités

La léproserie de Ligny-le-Châtel et Pontigny

Acte des Archives départementales de l'Yonne, H 1487

Acte des Archives départementales de l'Yonne, H 1487

=== Date ==
1287, 25 avril.

=== Regeste ===
Nicolas de Ligny-le-Châtel(1), prêtre, proviseur de la léproserie de Ligny-le-Châtel, reconnaît qu’un pré sis le long du ru de Boy(2), contesté entre la léproserie et l’abbaye de Pontigny, appartient à cette dernière.

=== Tradition ===
A. Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 1487

=== Texte ===

Omnibus presentes litteras inspecturis curie Autissiodorensis et curie decani Autissiodorensis officiales salutem in Domino. Noveritis quod |2| in nostra presencia constitutus magister Nicholaus de Leigni Castro , presbiter, magister et provisor domus leprosarie |3| de Leigni Castro pro se et pro fratribus dicte domus recognovit quod cum contentio verti diceretur inter ipsum nomine dicte |4| domus ex una parte et religiosos viros abbatem et conventum Pontigniaci ex altera super quodam prato sito apud Mortuum |5| de Boy, contiguo ut dicitur hinc inde terris fossatis et plaxetis dictorum religiosorum quod pratum dictus magister dicebat |6| pertinere ad domum dictorum leprosorum, quod dicti religiosi minime confitebantur, immo dicebant illud pratum ad |7| jus et proprietatem ecclesie Pontigniacensis pertinere. Ad quod probandum exhibebant cartas super hec confectas. Tandem, visis |8| cartis et diligenter inspectis a dicto magistro, ipsoque magistro freto bonorum virorum consilio ut dicebat, confessus |9| est coram nobis sponte, provide et discrete pro se et pro fratribus predictis nullum jus habere ratione dicte domus |10| nec alia ratione in dicto prato, immo dictum pratum ad jus et proprietatem ecclesie Pontigniaci penitus pertinere, promittens |11| perf idem suam inde prestitam corporalem se in dicto prato nichil juris decetero reclamare nec facere recla-|12|-mari, nec dictos religiosos super dicto prato molestare nec molestari decetero facere per se vel per alium seu per |13| dictos fratres nec debere, renunciansque in hoc facto specialiter et expresse exceptioni doli, mali, privilegio, fori, |14| rei ita non geste, exceptioni deceptionis et lesioni domus sue predicte beneficio restitutionis in integrum, |15| ominibus privilegiis, graciis et indulgenciis impetratis et impetrandis, concessis et concedendis, et omnibus |16| aliis exceptionibus facti et juris canonici et civilis que contra presens instrumentum vel factum possent |17| obici sive dici ; se que ad hec juridictioni curiarum nostrarum ubicumque maneat supponendo. In cujus rei testimonium |18| presentibus litteris sigilla nostra ad petitionem dicti magistri duximus apponenda. Datum anno Domini M° CC° |19| octogesimo septimo, die veneris post quindenam Pasche.

(Sur la date) 1287 : lettre dominicale E, Pâques le 6 avril
(1) Ligny-le-Châtel, arr. Auxerre, ch.-l. cant.
(2) Lieu-dit disparu, à ne pas confondre avec Bouilly, Yonne, arr. Auxerre, cant. Saint-Florentin, comm. Vergigny. Un acte de 1156 notifiant des échanges de terre entre Guillaume III, comte de Nevers, et Pontigny, permet de comprendre « mortuum » comme le nom d’une eau stagnante ou d’un bief ; cf. QUANTIN Maximilien (éd.), Cartulaire général de l’Yonne, Recueil de documents authentiques pour servir à l’histoire des pays qui forment ce département, publié par la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, Auxerre, Perriquet, 1854-1860, tome 1, n° CCCLXXVIII.