Thibaud de Semur, clerc du duc de Bourgogne, investit l’abbaye de Molesme des biens du duc à Marcennay

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 578Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 578 (Réutilisation soumise à conditions)

1330, 25 février. — Marcenay. et 1329, 30 novembre. — Aisy.

Jean Noblot, tabellion de Châtillon-sur-Seine, notifie que Thibaud [Fournier] de Semur investit l’abbaye de Molesme des biens ducaux à Marcenay (près de Bissey-laPierre). La commission donnée par le duc Eudes IV de Bourgogne à Thibaud de Semur est insérée à l’acte.

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 578. Original en parchemin.
 
<!– mise à jour : merci à Matthieu Leguil pour sa relecture et ses commentaires –>

[adresse, intitulation, salut] A tous cels qui ces presentes lettres verront et orront, Jehanz Nobloz, tabellions de Chastoillon suis Soingne por prince tres excellant nostreseig-[2]-nour le duc de Bourgoingne, salut en nostre Seigneur. [notification et date] Saichent tuit que l’an de grace mil .CCC. vint et nuef, le diemoinge jour des Brandons a [3] Marcennay pres de Bissey les Perres, en la presence de moy et des tesmoinz cy dessoz escriz, [dispositif] honorable persone et saige maitres Thiebauz de Semeur, clers nostreseigneur [4] le duc dessus dit, par vertu d’une commission a lui anvoyé de laquele la tenours est tex:

[acte inséré] Eudes, dux de Bourgoigne, a nostre amé et feal clerc maitre [5] Thiebaut de Semeur salut. Nous avons baillé es religioux de Moloismes tout ce que nous avons a Marcennay ensemble toutes les appar-[6]-tenances et par certaynes covenances lesqueles nous avons par devers nous seellees de lour sealx et il les ont seellees dou nostre. Si vous mandons et [7] commetons que vous bailliez et delivrez esdiz religioux ou a lour commandement nostre maison que nous avons audit leu de Marcennay et toutes [8] les possessions temporeles que nous avons audit leu, et toutes les autres choses queles qu’eles soient. Et commandez es hommes dou fyé que [9] nous avons audit leu que de ce qu’il taignent de nous antrient en la foy et homaige de l’abbé de ladicte eglise de Moloismes. Et a ce les con-[10]-troingnez se mestiers est.  Donné a Ais[y] l[e] jour Seint Andrier, l’an de grace mil .CCC. vint et nuef.

mist en possession religiouses persones [11] l’abbé et le covant de Moloismes de la maison de Marcennay et de toutes les autres choses temporeles, reservé toutesvoies et retenu a nostreseigneur le [12] duc tout le droit et le profit de touz ces qui passent par la vile de Marcennay, desquex l’on ai ancienement acostumé pranre paaige por cause dou [13] paaige qui li est dehuz por raison de la vile de Chastoillon. Et suis ces choses dessus dictes me fuit requis instrumenz doudit maitre Thiebaut [14] et des religioux qui audit leu estoient seellez dou seel de la court nostreseigneur le duc. Et je, lidiz Jehanz Nobloz, a la requeste des dessus nommez, [15] ai requis estre mis en cest present instrument doubley le seel de ladicte court. [Date et témoins] Fait et doné en ma presence si comme dessus et en la presence [16] de Guiot de Sauvoygné, Odot de Gy, prevost de Mombar, Monin de Mignol, Symonet de Seint Soingne, maitre Hue de Marcennay, Pointzet [17] genre Bratigney, Perrenot clerc doudit maitre Thiebaut, Jehan de Tulley, clerc de la prevosté de Chastoillon, et plusours autres tesmoinz a ce apelez, l’an, le jour et ou leu dessus diz.

Publicités

La communauté d’Arthonnay en 1318

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 250 (acte de 1318) (Réutilisation soumise à conditions)

1318, 13 mars [n. st.]. — Arthonnay

La communauté d’Arthonnay (Yonne, cant. Cruzy-le-Châtel), dont les membres sont nommés à l’acte, renonce à ses droits de nomination pour le recteur de la léproserie en faveur de l’abbaye de Molesme (Côte d’Or, cant. Laignes).

A.Dijon, Archives départementales Côte d’Or, 7 H 250. — Original en parchemin.

[Invocation] In nomine Domini Amen. [Notification] Per hoc presens publicum instrumentum cunctis pateat evidenter quod [Date] anno a Nati-[2]-vitate ejusdem .M°. CCC°. XVII°. indictione prima, tricesima die mensis martii, pontificatus sanctissimi patris ac domini [3] domini Johannis pape vicesimi secundi anno secundo, apud Arthonnayum in domo abbatis circa horam tertiam, in presentia [4] mei publici notarii et testium infrascriptorum ad hoc specialiter vocatorum et rogatorum [liste des disposants] personaliter constituti [5] Humbertus quondam major, Johannes ejus filius, Guichardus major, Matheus ejus frater, Durandus, Johannes Rex, Balduinus, [6] Regnaudus Sourdel, Regnaudus Geirot dictus Li Moutons, dictus Foutiers, Petrus Geneviere, Regnaudus Eloyn, [7] dictus Viorne, Johannes Garneri, Johannes Colardi, Constantinus, Robertus Thommas, Petrus Muardi, Symon Quoquillat [8] dictus Fagoz, Johannes Juliete, Marietus, Colaus Quoquille, Johannes Sarredin, conifetus, Matheus de Gay, Symo-[9]-netus Moraut, Matehus Soterel, Johannes Bruiant, Johannes Joffredi, Jaquetus Furniers, Droco faber, Pheli-[10]-setus textor, Monnetus Li Jays, billetus, Joffredus Ferre Chien, Johannes Guions, Balduinus ejus frater, [11] gener Marieti, Johannes Quarrez, Hannequinus serviens loci, Maria uxor Ysambardi, uxor Cambrille, cliveta, [12] Maria filia Popain, Regnaudus filius Au Corneur, uxor Colay dou Crot, Johannes rotarius, Bade-[13]-retus uxor Biau Boys, Petrus Derboys, Regnaudus carpantarius, Ysabellis uxor Picart, Agnes [14] uxor Charpy, de Arthonnayo, omnes et singuli, non coacti, non vi, non metu, non dolo ducti, nec in aliquo circonventi, [15] ut asserebant, verum etiam spontanei et pro evidenti utilitate communitatis dicte ville de Arthonnayo, Lire la suite

Archaïsmes et innovations scripturales au début du XIVe siècle

La fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle en France voient se développer une nouvelle écriture, appelée « mixte » par Alain De Boüard et dont l’origine et l’extension ont fait l’objet d’une étude par Marc Smith : « L’écriture de la chancellerie de France au XIVe siècle :observations sur ses origines et sa diffusion en Europe », dans O. Kresten et F. Lackner, Régionalisme et internationalisme : Problèmes de paléographie et de codicologie du Moyen Âge (Actes du XVe colloque du Comité international de paléographie latine, Vienne, 13-17 septembre 2005), Vienne, 2008, p. 279-298. [site de l’éditeur]

Les exemples ci-dessous servent à illustrer la situation en Bourgogne dans les années 1315-1330.

  • Un acte notarié de 1318 concernant Molesme et la léproserie d’Arthonnay [voir transcription]

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 250 (acte de 1318)

  • Un premier acte de Jean Noblot, tabellion de Châtillon-sur-Seine en 1329 [voir transcription]

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 578 (acte de 1329)

  • Un autre acte de Jean Noblot, tabellion de Châtillon-sur-Seine en 1329
Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 578

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 578 (acte de 1329)

  • Un acte du roi de France, toujours en 1329

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 578 (acte de 1329)

Vidimus par un chanoine de Troyes au début du XIVe siècle

ADCO7H1527-1329

Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr) 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1329, 28 juillet (1)

== Regeste ==

Guillaume de Billy (2), chanoine de Troyes, délégué par Olivier de Cerzeto (3), chanoine d’Autun et exécuteur de P[ierre de Chappes], cardinal prêtre de Saints-[Sylvestre-et]-Martin-aux-Monts (4), vidime un acte de celui-ci, daté d’Avignon le 9 juillet 1329, par lequel il renonce à la grâce pontificale motu proprio lui accordant le prieuré de Radonvilliers, vacant par la mort de Bérenger [de Frédol], évêque de Porto (5), et allant à l’encontre de la collation par l’abbé de Molesme, Guillaume, qui a nommé Pierre de Dijon.
En conséquence Guillaume de Billy casse annule tous procès pendants et toutes sentences et excommunications portées contre l’abbé et les religieux de Molesme et contre Pierre de Dijon et ordonne à tous les autorités ecclésiastiques de publier ce fait.

  1. Ste-Marie-Madeleine le 22 juillet ; lettre dominicale A
  2. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici
  3. Olivier de Cerzeto, chanoine d’Autun et de Poitiers en 1330, largement attesté dans les lettres pontificales
  4. Pierre de Chappes, évêque de Chartres, créé cardinal des saints Sylvestre et Martin au Mont par Jean XXII lors du Consistoire du 18 décembre 1327, mort en 1336
  5. Béranger Frédol le Jeune, neveu de Béranger Frédol l’Ancien, évêque de Béziers, cardinal-évêque de Porto au titre des saints Nérée et Achillée, mort en 1323

Certificat d’authenticité du sceau

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7H1527Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7H1527

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

Définition de ce type de document dans le Vocabulaire international de la diplomatique [Consulter la notice bibliographique]

=== Date ===
1329, 28 juillet (1)

=== Regeste ===
Attestation donnée par J. de Morvilliers (2), official de Troyes, que le sceau de l’acte auquel celui-ci était noué [Archives départementales de Côte d’Or, 7 h 1527] est celui du chanoine Guillaume de Billy (3).

=== Transcription ===
Universis presentes litteras inspecturis officialis Trecensis salutem in Domino. Notum facimus universis quod nobis constat ex relatione |2| fidedigna sigillum appensum litteris quibus hec nostre presentes littere sunt annexe, verum sigillum venerabilis et |3| discreti viri magistri Guillelmi de Billiaco, canonici ecclesie Trecensis. Et hec omnibus quorum interest et poterit inter-|4|-esse in futurum, intimamus tenore presencium litterarum, quibus sigillum curie Trecensis duximus apponendum in testimonium |5| veritatis. DAtum anno Domini millesimo CCCmo vicesimo nono, die Veneris post festum beate Marie Magdalenes.

J. de Morivillare

  1. 1329 : lettre dominicale A ; fête de sainte Madeleine le samedi 22 juillet 1329.
  2. Morvilliers, Aube, arr. Bar-sur-Aube, cant. Soulaines-Dhuys
  3. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici

Mandement royal de 1324 – ou l’insécurité règne à Reims

Paris, Archives nationales, X2A-2-f-95-bis

Paris, Archives nationales, X2A-2-f-95-bis

=== Date ===
1324, 6 janvier [n. st.] – Paris

=== Tradition ===
A. Paris, Archives nationales, X2A 2, fol. 95bis
Ed.
Archives administratives de la ville de Reims : collection de pièces inédites pouvant servir à l histoire des institutions dans l intérieur de la cité / [éd.] par Pierre Varin,...
Archives administratives de la ville de Reims : collection de pièces inédites pouvant servir à l’histoire des institutions dans l’intérieur de la cité / [éd.] par Pierre Varin,…
Source: Bibliothèque nationale de France

=== Edition ===

|1| Karolus et cetera ballivo Viromandensi, vel ejus locum tenenti, salutem. Grave gerentes, ex querimonia Roberti Erardi accepimus, |2| quod licet per sentenciam arbitralem (1) certorum arbitrorum, super certa discordia inter ipsum conquerentem, ex parte una, et |3| Robinum Yngrant, filium Roberti Yngrant, ex altera, dudum orta, de consensu dicti conquerentis, per dictum Robinum electorum, |4| cognito de dicta discordia, inter cetera pronunciatum fuerit, bonam ac perpetuam pacem esse, et servari debere, inter partes predictas, sub |5| certis penis in quodam compromisso super hoc inter partes ipsas facto fide et juramento vallato contentis et licet ab ipsa arbi-|6|-trali sentencia nonquam fuerit reclamatum, nichilominus idem Robinus Yngrant, contra sentenciam dictorum arbitrorum veniens, pacemque frangens |7| predictam, ac plures ejus in hac parte complices, in predictum conquerentem in itinere publico, in villa Remensi tunc existentem, pensatis |8| insidiis, more hostili, cum armis prohibitis et patentibus, nulla difidacione precedente, a tergo irruerunt, ipsumque conque-|9|-rentem viliter verberarunt, clamantes « Ad tibias ! ad tibias! ut non evadat », et posse suum fecerunt ipsum interficiendi et |10| eum interfecissent, nisi supervenisset gentium multitudo, que ipsum Robinum Yngrant voluntatem suam facere non permiserunt; |11| — que omnia si vera sunt, non sine nostre regie magestatis, et regiarum ordinacionum, in quibus armorum deportationes, et |12| tales invasiones prohibentur, offensa, perpetrata fuisse videntur, et nobis displicet si sit ita — ideoque mandamus et com-|13|-mittimus tibi, quatenus super hiis et aliis articulis de premissis mentionem pleniorem facientibus, quos sub contrasigillo |14| prepositure nostre parisiensis clausos tibi mittimus, vocato procuratore nostro, cum ceteris evocandis, inquiras, tam ex officio nostro, quam aliter, diligencius |15| veritatem inquestam quam inde (2) feceris ad nostram curiam parisiensem, sub tuo fideliter inclusam sigillo, ad certam et competentem |16| diem transmissuram, illos quos tanget eadem inquesta ibidem ad dictam diem adjornans, super hoc processuros ut fuerit racionis |17| et interim de corporibus et bonis illorum qui per dictam inquestam apparebunt super premissis suspecti, te teneas, si necesse fuerit, |18| taliter saisitum, quod possit, si et cum opus fuerit de ipsis fieri debitum justicie complementum, certificans nichilominus curiam nostram |19| predictam, ad dictam diem, de hiis que feceris in premissis. Damus autem omnibus justiciariis (3) et subditis nostris, presentibus, in |20| mandatis, ut in premissis, et ea tangentibus tibi pareant et intendant. Datum Parisiis sub sigillo Castelleti nostri |21| parisiensis, in absencia nostri magni sigilli, sexta die januarii, anno Domini millesimo trecentesimo vicesimo tercio.
[Mentions hors teneur:] Per cameram, lecta ibidem
[Signé:] Gyen.

(1) barré : certorum debitorum.
(2) barré : fecereris
(3) barré : nostris