Bel-Ami à Fontenay ! Un échange de vignes en 1230

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 66

Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 8 (Réutilisation soumise à conditions)

1230, juillet.

G[uillaume], official d’Auxerre, notifie l’échange de vignes intervenu entre Étienne Bel-Ami, gendre de Renard, et l’abbaye Notre-Dame de Fontenay .

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 66, pièce 8. Original en parchemin

Omnibus presentes litteras inspecturis, magister W., officialis curie Autissiodorensis, salutem in Domino, notum |2| facimus universis quod in nostra presentia constituti Stephanus Bel Ami, gener filius defuncti Renar-|3|-di, et Cara uxor ejus recognoverunt se scambivisse cum religiosis viris abbate et con-|4|-ventu de Fonteneto vineas suas quarum una sita est in Monte de Fois et alia sita est |5| in Monte Malfé pro aliis duabus vineis quas habebant dicti abbas et conventus sitas |6| in Monte Arduini et in territorio de Cedreto. In cujus rei memoriam presentes litteras sigillo |7| curie Autissiodorensis fecimus sigillari. Actum anno Domini m° cc° tricesimo, mense julio.

Note de vocabulaire : « gener filius » signifie gendre ; le sens de « gener » est double, soit gendre, soit beau-frère ; l’expression « gener filius » permet de désigner univoquement le gendre.

Publicités

Les vignes de Fontenay saisies par l’évêque d’Autun

Dijon, Archives départementales de Côte dOr, 15 H 58 (3)

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr),15 H 58, pièce 3 (Réutilisation soumise à conditions)

1289, novembre.

Hugues [d’Arcy], évêque d’Autun (1286-1298) (1), renonce à la saisie des biens de l’abbaye Notre-Dame de Fontenay sis à Alise-[Sainte-Reine], après avoir examiné les titres donnés par ses prédécesseurs Etienne [de Bâgé] (1112-1136) et Humbert [de Bâgé] (1140-1148).

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 58, pièce 3. Original en parchemin.

 

Nos Hugo, miseratione divina, Eduensis episcopus. Notum facimus universis pre-|2|-sentes litteras inspecturis quod cum discordia mota esset inter nos ex una parte et religiosos viros .. abbatem et |3| conventum de Fonteneto nostre diocesis ex altera super eo quod nos, ponendo manum nostram saisieramus quasdam |4| possessiones dictorum religiosorum acquisitas a dictis religiosis et a predecessoribus eorundem et sitas in finagio |5| seu territorio ville nostre de Alysia et alibi, scilicet terras, vineas et res alias, quod facere non poterant nec debe-|6|-bant, sicut dicebamus, — dictis religiosis in contrarium pro se dicentibus et asserentibus se habere plenum jus |7| et concessionem specialem acquirendi et acquisita pacifice possidendi in tota terra nostri episcopatus ad Eduensem |8| ecclesiam pertinente ex donis et concessionibus felicis recordationis domini Stephani et domini Humberti |9| quondam Eduensis ecclesie episcoporum et .. capituli Eduensis prout in litteris, instrumentis seu privilegiis |10| dictorum religiosorum inde confectis et sigillis eorundem .. episcoporum et dicti .. capituli sigillatis, confirmatis et |11| eisdem religiosis datis plenius continetur. Tandem dictis litteris, instrumentis seu privilegiis dictorum |12| religiosorum visis et diligenter inspectis et perlectis et diligenti inquisitione super predictis facta, nos, |13| deliberatione provida cum consiliariis nostris super hoc habita, dicimus et bona fide per virtutem dictarum |14| litterarum, instrumentorum seu privilegiorum, quibus fidem plenariam adhibemus, testamur ac etiam |15| confitemur veraciter asserentes, nos nullum jus habere, nullam actionem, nullam causam saisiendi, |16| capiendi vel in manu nostra ponendi predictas seu alias possessiones dictorum religiosorum, acquisitas ab |17| ipsis religiosis vel a predecessoribus eorundem et possessas ab eisdem ubicunque sint in tota terra episcopatus |18| nostri ad Eduensem ecclesiam pertinente et quocunque nomine censeantur. Immo volumus, cedimus et conce-|19|-dimus dictis .. abbati et .. conventui de Fonteneto nostre diocesis et successoribus eorundem ut dictis |20| possessionibus [futuris](a) et aliis quibuscunque et ubicunque sint in tota terra episcopatus nostri ad Eduensem ecclesiam |21| pertinente pleno jure gaudeant de cetero, absque contradictione qualibet seu alio impedimento, tanquam re sua |22| propria et ipsas teneant et perpetuo possideant pacifice et quiete. Ad quorum omnium testimonium et |23| munimen, presentes litteras dictis Fontenetensibus tradidimus sigilli nostri munimine roboratas. Datum et actum anno Domini millesimo ducentesimo octogesimo nono, mense novembris.

 

(1) Hugues d’Arcy, élu en 1286 évêque d’Autun, fut décoré du pallium en 1288, fonda le chapitre de la collégiale d’Aigueperse et établit celui de Saint-Nicolas de la Prée avec Guy d’Arcy, chanoine d’Autun son frère et Jean d’Arcy, son neveu, chambellan du duc de Bourgogne. Il fut chargé deux fois de l’administration du diocèse de Lyon (sede vacante). Grand bienfaiteur de son Église, il fit reconstruire une grande partie du palais épiscopal et restaura plusieurs châteaux. Il mourut le 29 septembre 1298 et fut inhumé à l’église Saint-Lazare. Cf. V. Terret, « ARCY (Hugues d’) », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, Letouzey et Ané, 1924, vol. 3, col. 1593-1594

(a) Mot effacé et réécrit sur l’acte ; restitué d’après la copie 15 H 59, pièce 1.

Affiliation de Marcilly à Fontenay par le chapitre général de Cîteaux en 1251

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 14

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 14 (Réutilisation soumise à conditions)

1251. – Cîteaux

Étienne [de Lexington], abbé de Clairvaux (1242-1255), place les religieuses de Notre-Dame du Bon Repos de Marcilly sous l’autorité de l’abbé de Fontenay

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 14, pièce 1. — Original en parchemin ; 52 x 188 mm ; justification 183 x 26 mm. Mentions dorsales : (XVIIe s.) « St Remy. Titre par lequel l’abbaye de Marcilly est dependante de l’abbaye de Fontenay. 1251. Cotte YYY » Mentions (innombrables), fondées sur dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de la Bourgogne, Dijon, 1739-1781, t. II.

Universis presentes litteras inspecturis frater St[ephanus], dictus abbas Clarevallis salutem in Domino sempiternam. Cum nobis auctoritate Capituli generalis com-|2|-missa esset dispositio domus monialium de Marcilliaco in plenaria ordinis potestate, nos de bonorum consilio et approbatione ipsius |3| generalis Capituli ipsam venerabili et in Christo dilecto .. coabbati nostro de Fonteneto in filiam assignavimus, sibi et successoribus suis abbatibus |4| Fonteneti perpetuo possidendam. In cujus rei testimonium litteras presentes dedimus patentes anno Domini .M°. CC°. quinquagesimo |5| primo, tempore Capituli generalis apud Cistercium consentientibus omnibus abbatibus in capitulo ibidem congregatis.

Don d’une vigne d’Alise-Sainte-Reine

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 15 H 58

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 58 (Réutilisation soumise à conditions)

1228, [27-31] mars, ou 1229, mars [n. st.]. — Alise-Sainte-Reine.

Gui [de Vergy], évêque d’Autun, notifie le don d’une vigne d’Alise par Pierre, prêtre d’Alise et archiprêtre de Touillon à l’abbaye de Fontenay.

A. ADCO 15 H  58, pièce 2. — Original en parchemin ; 110 x 143 mm ; justification 128 x 60 mm ; réglure à la mine de plomb ; repli de 19 mm à une double entaille. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « Flavign. Carta domini Petri de Alisia de dono magne vinee » ; « IIa » » ; (XVIe s.) « Darcy » » ; (XVIIe s.) « « Alize. Don faict par le sr Pierre, prestre d’Alize, archiprestre de Thouillon de sa grande vigne, scize a Alize, sous la vigne du sr Odo, archiprestre de Thouillon, l’an 1228, cotté AA ». » ; (1787) « N° 5 / mars 1228 ».
Inventaires : ADCO 15 H 1, fol. 75r (Flavigny. AA). — ADCO 15 H 2, fol. 62r (Flavigny. AA). — ADCO 15 H 3, p. 343 (XXIII. 3. 5).

Ego Guido, Dei gratia Eduensis episcopus. Notum facimus universis presentem |2| cartam inspecturis quod Petrus, sacerdos de Alisia, archipresbiter Tulli-|3|-onis, in presentia nostra constitutus, de voluntate et assensu nostro, dedit |4| Deo et beate Marie Fonteneti pro remedio anime sue, patris et matris |5| sue, vineam suam magnam sitam apud Alesiam sub vinea ar-|6|-chipresbiteri Odonis Tullionis. In cujus rei testimonium ad petiti-|7|-onis ejus instantiam, scilicet P. archipresbiteri Tullionis presentibus |8| litteris sigillum nostrum apposuimus. Actum est hoc apud Alesiam. |9| Anno Domini .M°. CC°. vicesimo octavo, mense martii.

Écritures du XIIIe siècle

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), acte original, anciennement relié dans le cartulaire (Réutilisation soumise à conditions)


Aarau, Aargauer Kantonsbibliothek, Ms WettF 1, fol. 1r

** www.e-codices.ch **

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), fol. 141v (Réutilisation soumise à conditions)

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), fol. 142r (Réutilisation soumise à conditions)

Les XIe et XIIe français semblent connaître une période d’unité graphique grâce à l’emploi généralisé de l’écriture caroline , aussi bien dans le domaine livresque que pour la rédaction des chartes : exception faite de la diplomatique royale et souveraine, les documents de nature diplomatique ou pragmatique utilisent les mêmes morphologies que les livres. Selon les cas, des formes alternatives peuvent être en usage, mais il s’agit de transformations mineures à l’œuvre sur une base commune (r et s droit allongés sous la ligne, s de forme capitale en fin de mot dépassant la ligne d’écriture).
Au XIIIe les différents « filons d’écriture » reprennent leur indépendance morphologique et de nouvelles formes sont inventées qui correspondent à une exécution currenti calamo, du moins en apparence, puisque ces formes vont être employées selon le contexte d’écriture (diplomatique ou livresque) indépendamment de la rapidité du tracé, et même indépendamment de la cursivité réelle, c’est-à-dire des levés de plume.

Les quatre exemples choisis font apparaître trois situations différentes :

  • Exemple 1 : charte datée de 1264. Écriture diplomatique, caractérisée ici par les boucles sur les lettres à haste (b, h, l, particulièrement en première ligne, usage plus inconstant par la suite), mais aussi d systématiquement oncial et fréquemment bouclé ; ses hastes allongées ; n et m final fréquemment plongeants ; s rond final avec une boucle plongeant sous la ligne comme celle de g ; r plongeant (à la fin de la première ligne et à la dernière ligne, par exemple) tilde « -er » en crochet descendant à la verticale au-dessus de la lettre portant l’abréviation (on note au passage l’emploi d’un tilde plat sur litt(er)as à la ligne 1 sans doute par souvenir de l’abréviation lras).
  • Exemple 2 : écriture livresque gothique
  • Exemples 3 et 4 : un « livre de chartes », ou, selon le terme technique, un « cartulaire ». Il s’agit d’un livre, mais c’est bien une écriture diplomatique qui est employée, tout à fait semblable à celle de la charte de 1264.

André d’Epoisses et les moines de Fontenay

Archives départementales Côte d'Or, 15 H 203, pièce 5

Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 203, pièce 5 (Réutilisation soumise à conditions)


Archives départementales Côte d'Or, 15 H 9 (cart. 201), cart. 2, fol. 57v

Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9 (cart. 201), cart. 2, fol. 57v (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1213, octobre

== Regeste ==
Les évêques d’Autun, Langres et Auxerre notifient l’accord intervenu entre André, seigneur d’Epoisses, et l’abbaye de Fontenay

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 203, pièce 5. — Original en parchemin ; 155/140 x 185/180 mm ; justification 175 x 110 mm ; réglure absente ; repli de 20 mm, à trois entailles simples ; écriture diplomatique. Mentions dorsales : (XIIIe s.) mention très effacée « Carta de pace inter nos et dominum Espisse […] » ; « Abbatie. L. » ; un nombre barré ; (XVIIe s.) « Marmaigne. Accord fait entre les seigneurs de Fontenay et le seigneur d’Espoisses l’an 1213, cotté SS » ; (1787) « N° 42 / 8bre 1213 »
B. Copie perdue par lacune matérielle du Cartulaire 1 (Abbatia, 47), attestée par la table (fol. 19r : « XLVII. Carta de pace inter nos et Andream dominum Espisse »)
C. Cartulaire 2, fol. 57v (Abbatia, 53)
a. Pierre-François Chifflet, S. Bernardi Clarevallensis abbatis genus illustre assertum, Dijon, 1660, p. 554-555, Probationes diatribae, n° 114 (d’après B ou C, « ex tabulario Fontenetensi »), reproduit dans la Patrologia latina, t. 185, col. 1468 [texte en ligne]

INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 120v-121r (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 2, fol. 87r (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 10* (cart. 201bis), fol. 69v (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 4, p. 150 (XI. 11. 42) : « scellé de deux sceaux, dont un manque ».

== Edition ==
G. Eduensis (1), W. Lingonensis (2), et W. Autissiodorensis (3), Dei gratia episcopi, omnibus presentes litteras inspecturis [2] salutem in Domino. Noverint universi presentes pariter et futuri quod cum inter abbatem et monachos [3] Fonteneti (4) ex una parte et nobilem virum Andream dominum Espissie (5) ex altera, controver-[4]-sia verteretur super hominibus, possessionibus et terris apud Marmagniam (6)(a) existentibus, que nobilis mulier [5] Hyla de Monte Sancti Johannis et Johannes, filius ejusdem, in perpetuam elemosinam domui Fon-[6]-teneti dederant et concesserant que etiam a bone memorie Bernardo, patre ejusdem Andree, abbas [7] et monachi dicebant occupata fuisse, et preterea super trecentis marcis argenti quas predicti abbas [8] et monachi sibi (b) a prefato Bernardo sepedicti Andree patre legatas fuisse asserebant, tandem [9] nobis presentibus et nobilibus viris Odone duce Burgundie (7) et Guidone de Doni Petra (8) et multis aliis in hanc [10] compositionis formam venerunt, quod de trecentis marcis superius nominatis abbas et monachi memorati [11] medietatem habeant, reliquam vero medietatem Andreas supradictus. De rebus vero apud Mar-[12]-magniam (c) existentibus, de quibus erat controversia, ita fuit statutum quod Guido, frater Andree, [13] canonicus Lingonensis, res illas tenebit quamdiu vixerit, et post mortem ipsius Guidonis ad ecclesiam [14] Fonteneti libere et absque omni contradictione revertentur. Tenebit autem res illas Guido prefatus nomine [15] ecclesie ab ecclesia Fonteneti. Actum anno gratie (d) millesimo CC° terciodecimo (e) mense octobri.

(1) Gautier II, évêque d’Autun, 1189-1223
(2) Guillaume de Joinville, évêque de Langres, 1210-1220
(3) Guillaume de Seignelay, évêque d’Auxerre, 1207-1220
(4) Fontenay, abbaye cistercienne, Côte d’Or, arr. et cant. Montbard, comm. Marmagne
(5) Epoisses, Côte d’Or, arr. Montbard, cant. Semur-en-Auxois
(6) Marmagne, Côte d’Or, arr. et cant. Montbard
(7) Eudes III, duc de Bourgogne, 1192-1218
(8) Gui II de Dampierre, connétable de Champagne, seigneur de Dampierre, Bourbon et Montluçon, mort en 1216

(a) Marmaniam Ca.&mdash (b) omis Ca. — (c) Marmaniam Ca. —(d) dominice C, omis a. (e) XIII° Ca.

Cîteaux reçoit des terres à Meursault

Archives departementales Cote d'Or, 11 H 881

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 11 H 881 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1240, décembre

== Regeste ==
Arnoul de Meursault donne à l’abbaye de Cîteaux des prés et terres arables près de Meursault.

== Edition ==
Universis presentibus et futuris presentes litteras inspecturis, ego Stephanus, archipresbiter |2| Belnensis  (1), notum facio quod in nostra presentia constitutus dominus Alnurfus de Murexaut |3| presbiter, sanus et incolumis et compos mentis sue, spontanea voluntate sua dedit et concessit |4| Deo et beate Marie Cistercii (2) et fratribus ibidem Deo servientibus, pro remedio anime sue et |5| omnium parentum suorum, in puram et perpetuam elemosinam duas tilias prati sitas in prateria |6| que vocatur Molesia (3), quas tenet ad censum a domino Henrico de Mipont (4) milite pro duodecim |7| denariis solvendis in marcio et duas pecias terre arabilis sitas apud Murexaut (5) in territorio quod |8| dicitur Li Rue Barnuim continentes quinque jugera terre. De omnibus autem predictis dictus |9| Alnurfus se devestiens memoratos Cistercienses investivit corporaliter coram nobis et omne jus quod habebat |10| predictis Cisterciensibus quitavit ita quod decetero omnia predicta teneant et possideant, in perpetuum et omnem |11| voluntatem suam faciant. In cujus rei testimonium ad petitionem dicti Alnurfi presentibus litteris |12| sigillum nostrum apposuimus. Actum anno Domini millesimo ducentesimo quadragesimo mense decenbri.

(1) Beaune, Côte d’Or, ch.-l. arr.
(2) Cîteaux, abb. chef d’ordre, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Nuits-Saint-Georges, comm. Saint-Nicolas-lès-Cîteaux.
(3) Toponyme non identifié.
(4) Mipont, ville détruite, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Nolay, comm. Puligny-Montrachet
(5) Meursault, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Beaune-Nord