Paléographie fondamentale, paléographie expérimentale : l’écriture entre histoire et science

Paléographie fondamentale, paléographie expérimentale : l'écriture entre science et histoire (colloque international, Paris, 14-15 avril 2011)
Paléographie fondamentale, paléographie expérimentale : l'écriture entre science et histoire (colloque international, Paris, 14-15 avril 2011)
Affiche du colloque

Paléographie fondamentale, paléographie expérimentale : l'écriture en histoire et science (colloque international, Paris, 14-15 avril 2011)

A la fois action et résultat, mouvement et trace figée, produit graphique et textuel, l’écriture a une histoire propre, où jouent les contraintes des impératifs techniques et des normes visuelles, esthétiques et sociales. La civilisation médiévale a produit d’innombrables monuments écrits à la main et, de la Renaissance carolingienne à l’invention de l’imprimerie, l’écriture y a pris des formes d’une infinie variété, qui déroute historiens et philologues.
Face aux questions en suspens, les humanités numériques modifient profondément les horizons de recherche en paléographie. Si la grande majorité des travaux portent sur des identifications ponctuelles, comme l’identification de mains, ou ont pour objectif la reconnaissance optique des caractères, les sciences de l’ingénieur ouvrent des voies nouvelles pour l’étude globale de l’écriture et de ses évolutions. Les possibilités de calcul et de traitement de l’image dans son ensemble, plutôt que comme ensemble de signes alphabétiques, permettent d’approcher la complexité et d’explorer les propriétés dimensionnelles de l’écriture. L’on peut même espérer améliorer les classifications actuelles, fondées sur un faible nombre de critères et sur la forme plutôt que sur le mouvement, et insuffisantes tant pour dater et localiser les spécimens écrits que pour décrire la phylogenèse des écritures.
Après trois ans de collaboration étroite entre paléographes et spécialistes de l’analyse optique d’images, l’IRHT ouvre une réflexion sur les apports de l’approche expérimentale dans le champ historique. Le programme du colloque, axé sur l’apport des humanités numériques dans l’étude des formes et du mouvement d’une part, et les dynamiques internes de l’écriture et la cursivité d’autre part, invite à découvrir les nouveaux outils d’analyse et les évolutions épistémologiques de la paléographie fondamentale.

En savoir plus sur le site du projet Graphem et de l’IRHT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s