Échange entre Fontenay et le le prieuré du Val-le-Duc dit le Quartier

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r

Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)

Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)

Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10) Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 257 (10)

Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)

[1276]


Robert [II], duc de Bourgogne, notifie l’échange intervenu entre l’abbaye cistercienne de Fontenay et le Prieuré du Val le Duc dit le Quartier [a] .

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 257, pièce 10.
B. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 9*, fol. 141v-142r
Mention : E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris, 1885-1906, t. VI, p. 248 [en ligne]

Nos .. Roubers[1], dux de Burgoigne, façons savoir a touz cels qui verrunt[2] et orrunt ces presentes letres[3] que en nostre presence pour ceu especialment estaubli freres Renauz diz ab-|2|-bés de Fonteney[4] de l’ordre de Cisteaux[5] et li convenz[6] de ce meimes leu hont recogneu pour devant nos qu’il[7] hont baillié, quittié et delivré an[8] non de loiaul et perfait eschange a |3| religious homes, a frere Martin, priour de la maison Nostre Dame dou Quartier, dite vulgaument Lou Val lou Duc, et au convent de ce meimes leu de l’ordre dou Vaul des |4| Chous, en eschange perpetuel tout lou pré qui part a ceaus doudit Quartier en la comme doudit Quartier des la bonne doudit pré qui est mise desus la fontaine, de bonne en bon-|5|-ne, jusque a la bonne desus Les Auges et des anqui de bonne en bonne pour[9] desus les Taignieres jusque[10] a la bonne[11] qui est mise delez la voie de la comme de Villemer, et de cele bonne de la |6| comme de Villemer, de bonne en bonne, por desus toute la voie jusque a la bonne qui est mise a la fin de Salive. Lesquex choses toutes desus dites lidiz abbés et li convenz de Fonteney[12] sunt[13] |7| tenu en bonne[14] foi de garantir a touz jours[15] mais contre toutes genz audit priour[16] et au convent de ladite maison dou Quartier. Pour louquel eschange desus dit an nostre presence pour |8| ceu especialment ansimant estaubli freres Martins priours et li convenz doudit Quartier hont recogneu pour devant nos qu’il[17] hont baillé, quittié[18] et delivré ausimant a touz |9| jours[19] mais au devant dit frere Renaut dit abbé de Fonteney[20] et au convent toutes ces choses ci desouz[21] escrites[22]. C’est asavoir une partie dou bois dou Quartier des la bonne qui est mi-|10|-se delez la voie des Fems[23] que l’en appele « la voie de Grancey » qui va por desus Lery, ansi[24] comme les bonnes anqui[25] mises devisent jusque a cele bonne[26] qui part antre[27] les bois a cels de Sein[28] |11| Ceigne et a cels de Quartier[29] et de cele bonne dou travers doudit bois jusque a la bonne qui part lou bois de Lery et les communes de Eschalo et des anqui au contramont de bonne[30] |12| an[31] bonne jusque au Fornot. Louquel eschange ausimant[32] lidiz priours et li convenz doudit Quartier hont promis an[33] bone foi de garantir audiz seignors de Fonteney[34], toujourz mais |13| contre toutes genz, en tel maniere que lidit[35] priours et li convenz doudit Quartier[36] auront[37] toutes aisances[38] de vaine pastures[39], de aigues, de perrieres et de voies des les chalonges de Escha-|14|-lo[40] en jus por devers loudit Quartier et cil de Fonteney[41] hont et hauront touz jourz mais pour lor[42] grange de Peuyseus[43] toutes manieres de aisances[44] de veine[45] pasture, de aigues, de voies |15| et de perrieres an[46] touz les bois de la maison doudit Quartier et i pourront anvoier[47] lidit de Fonteney[48] lor bestes an[49] toute la veine pasture tant comme il vouront[50] et quant il vouront[51] au |16| bois et[52] au pleins. Et cil dou Quartier[53] ne povent ne ne devient[54] anterrer ne torner l’aigue desoz ne desus la maison doudit Quartier en maniere[55] que cil de Peuyseus n’i puissent abovrer |17| lor bestes. Et ces eschanges desusdiz, nos[56] Roubers[57], desus diz dux de Bergoigne[58], voluns et les havons loez au parties tant comme a nos appartient, retenue a nos et a noz hers a touz |18| jorz mais qui saront duc de Bergoigne la garde an toutes les choses desdiz eschanges faiz a l’une partie et a l’autre. En tesmoignaige de laquel chose nos, a la priere et a la re-|19|-queste desdites parties avons mis nostre seaul en ces presentes letres avec lou seaul audit abbé de Fonteney et aveuc lou seaul audit priour doudit Quartier. Liquels abbés |20| de Fonteney et li convenz, liquels priours dou Quartier et li convenz, nos consentuns a toutes ces choses desus dites. Ce fu fait an l’an de grace mil deus cenz sep-|21|-tente et six, ou meis de aoust.


[a]Le Quartier, ou Notre-Dame du Quartier ou Val-le-Duc, est un prieuré de l’ordre du Val-des-Choux au diocèse de Langres (Côte d’Or, arr. Dijon, cant. Grancey-le-Château, comm. Salives), cf. L. Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1939, t. II, col. 2386. L’ouvrage de J.-P. Roussel (Le prieuré du Val le Duc dit « le Quartier », 1248-1780, [Is-sur-Tille] : Société d’histoire Tille-Ignon, 2006) n’apporte rien à la connaissance de l’histoire médiévale et ignore cet échange.


[1] Roberz B. – [2] verront B. – [3] lettres B. – [4] Fontenoy B. – [5] Cisteaus B. – [6] couvenz B. – [7] que il B. – [8] en B. – [9] p barré B. – [10] nieres jusque a la écrit sur grattage A. – [11] bone B. – [12] Fontenoy B. – [13] sont B. – [14] bone B. – [15] jourz B. – [16] prior B. – [17] que il B. – [18] B (f. 142v). – [19] jourz B. – [20] Fontenoy B. –
[21] desoz B. – [22] escriptes B. – [23] Fins B. – [24] aussi B. – [25] enqui B. – [26] bone B. – [27] entre B. – [28] Saint B. – [29] Reprise sur de F[onteney] A. – [30] bo et tilde, A. – [31] en B. – [32] audimant B. – [33] en B. – [34] Font. A, Fontenoy B. – [35] lidiz B. – [36] Quarter B. – [37] hauront B. – [38] aisences B. – [39] Hésitation entre s rond et s long, A. – [40] Eschalou B. – [41] Fontenoy B. – [42] lour B. – [43] Pouyseus B. – [44] d’aisences B. – [45] vaine B. – [46] en B. – [47] envoier B. – [48] Font. A, Fontenoy B.[49] en B. – [50] vourront B. – [51] vourront B. – [52] ou B. – [53] Quatier B. – [54] doivent B. – [55] meniere B. – [56] nous B. – [57] Roberz B. – [58] Bourgoigne B. Fin de B par mutilation.
Publicités

Arpentage et division de terres dans les bois près de Montbard

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v

1245, 9 septembre. – Abbaye de Fontenay (comm. Marmagne)

Pierre, doyen de Minot, et Gervais, archiprêtre de Duesme, notifient l’approbation par les damoiseaux d’Echalot de la division des bois entre d’Echalot, Etalante et Poiseul-[la-Grange] notifiée par Alix [de Vergy], duchesse de Bourgogne, [en août 1227], et l’abandon de leurs droits à l’abbaye de Fontenay fait dans le chapitre de l’abbaye en présence des moines la veille lors de la fête de la Nativité de la Vierge.

A. Original perdu
B. Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v-142r

Ego Petrus, decanus de Migno, et ego Gervaisius archipresbiter Duismi, universis presentes litteras inspecturis notum facimus quod in nostra presentia constituti Willelmus et Furco, domicelli de Eschalo et fratres, recognoverunt se ratam et gratam habere divisionem nemorum de Eschalo et de Estalante et de Poisues et metarum positionem quam fecit prefatus Gervasius ut in carta Aalydis ducisse Burgundie super hoc confecta plenius continetur. Preterea dicti domicelli in capitulo Fonteneti presente conventu in die Nativitatis beate Marie virginis concesserunt dictis Fontenetensibus quicquid juris habebant vel habere poterant in dictis nemoribus. Et promiserunt bona fide contra predictam nemorum quittationem et concessionem nunquam per se vel per alium venire nec dictos Fontenetenses in aliquo molestare.
In cujus rei testimonium ad preces et instantiam predictorum domicellorum Willermi et Furconis fratrum presentes litteras sigillorum nostrorum munimine roboravimus. [f. 142r] Actum apud Fontenetum in crastino Nativitatis beate Marie virginis, anno Domini M° CC° quadragesimo quinto.

L’archiprêtre de Flavigny notifie le don de Gauthier de Bussy

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)

1264

Jean de Palma, archiprêtre de Flavigny notifie le don par Gauthier, seigneur de Bussy-[la-Pesle] à l’abbaye de Fontenay de deux setiers de céréales (mesure de Sombernon) par an.

Universis presentes litteras inspecturis, magister Johannes de Palma archipresbiter Flavignacensis salutem in Domino. Noverit universitas vestra [2] quod in nostra presentia propter hoc specialiter constitutus vir nobilis Galterus miles, dominus de Buxeio en Mainmontois recognovit se dedisse [3] et in perpetuam elemosinam concessisse Deo et ecclesie beate Marie Fonteneti pro remedio anime Matildis uxoris sue duox sextaria [4] bladi, medietatem frumenti et medietatem avene, annui redditus percipienda et habenda annuatim ad mensuram Sombernionis in gran-[5]-gia sua de Buxeio (2) et si pro aliquo defectu predictum bladum in dicta grangia non posset percipi, voluit et concessit quod in [6] redditibus furni et molendini dicte ville sine contradictione qualibet a dictis Fontenetensibus caperetur. Et promisit per juramen-[7]-tum suum in nostra presentia corporaliter prestitum quod contra predictam elemosinam per se vel per alium non veniet in futurum. [8] Sed renunciavit in hoc facto exceptioni doli et (a) metus et omnibus exceptionibus, defensionibus, consuetudinibus, consiliis, auxiliis [9] et rebus aliis que sibi possent competere jure canonico vel civili. In cujus rei testimonium ad petitionem dicti Galteri pre-[10]-sentibus litteris sigillum nostrum apposuimus. Actum anno Domini M° CC° sexagesimo quarto.

(a) et ajouté dans l’interligne.

(1) Egalement attesté par un acte donné en commun en octobre 1273, cf. A. de CHARMASSE, Cartulaire de l’Evêché d’Autun, Paris, Durand, 1880, 1ère partie, p. 24, n° XVI.
(2) La grange de Fontenay à « Bussy » est sise à Bussy-le-Grand, à environ 30 km, ce qui explique la précision du pagus du Mémontois.

Écritures du XIIIe siècle

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), acte original, anciennement relié dans le cartulaire (Réutilisation soumise à conditions)


Aarau, Aargauer Kantonsbibliothek, Ms WettF 1, fol. 1r

** www.e-codices.ch **

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), fol. 141v (Réutilisation soumise à conditions)

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), fol. 142r (Réutilisation soumise à conditions)

Les XIe et XIIe français semblent connaître une période d’unité graphique grâce à l’emploi généralisé de l’écriture caroline , aussi bien dans le domaine livresque que pour la rédaction des chartes : exception faite de la diplomatique royale et souveraine, les documents de nature diplomatique ou pragmatique utilisent les mêmes morphologies que les livres. Selon les cas, des formes alternatives peuvent être en usage, mais il s’agit de transformations mineures à l’œuvre sur une base commune (r et s droit allongés sous la ligne, s de forme capitale en fin de mot dépassant la ligne d’écriture).
Au XIIIe les différents « filons d’écriture » reprennent leur indépendance morphologique et de nouvelles formes sont inventées qui correspondent à une exécution currenti calamo, du moins en apparence, puisque ces formes vont être employées selon le contexte d’écriture (diplomatique ou livresque) indépendamment de la rapidité du tracé, et même indépendamment de la cursivité réelle, c’est-à-dire des levés de plume.

Les quatre exemples choisis font apparaître trois situations différentes :

  • Exemple 1 : charte datée de 1264. Écriture diplomatique, caractérisée ici par les boucles sur les lettres à haste (b, h, l, particulièrement en première ligne, usage plus inconstant par la suite), mais aussi d systématiquement oncial et fréquemment bouclé ; ses hastes allongées ; n et m final fréquemment plongeants ; s rond final avec une boucle plongeant sous la ligne comme celle de g ; r plongeant (à la fin de la première ligne et à la dernière ligne, par exemple) tilde « -er » en crochet descendant à la verticale au-dessus de la lettre portant l’abréviation (on note au passage l’emploi d’un tilde plat sur litt(er)as à la ligne 1 sans doute par souvenir de l’abréviation lras).
  • Exemple 2 : écriture livresque gothique
  • Exemples 3 et 4 : un « livre de chartes », ou, selon le terme technique, un « cartulaire ». Il s’agit d’un livre, mais c’est bien une écriture diplomatique qui est employée, tout à fait semblable à celle de la charte de 1264.