Albert le Grand (Albertus Magnus) : Mineralia sive De mineralibus

De mineralibus (BnF, lat. 6514, fol. 1r)Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit Latin 6514 (fol. 1r)
Cette image provient de la Banque d’images de la Bibliothèque nationale de France. Pour en avoir une version en haute résolution, s’adresser au service Reproduction de la BnF.

=== Avertissement : ===
La transcription qui suit n’a aucune prétention à éditer le texte dont il existe de nombreux manuscrits. S’il n’existait pas de recensement spécifique, on se reporterait sans doute à Jordanus-An International Catalogue of Mediaeval Scientific Manuscripts (8 manuscrits), aux listes d’Adam McLean sur The Alchemy Web site dans sa base de manuscrits (plus d’une dizaine), à la BAMAT (voir ici ou ), qui signale de nouveaux manuscrits tous les ans, ou encore à l’incipitaire In Principio, qui signale une vingtaine de manuscrits et des références bibliographiques.

Ce ne sont pourtant pas moins de 138 manuscrits que recense Winfried Fauser dans son étude de la tradition manuscrite d’Albert le Grand (Die Werke des Albertus Magnus in ihrer Handschriftlichen Überlieferung [Texte imprimé]. Teil I, die echten Werke. Codices manuscripti operum Alberti Magni. Pars I, opera genuina, Münster, 1982, n° 17, p. 67-81 ; à compléter par les suppléments publiés par le même auteur dans le Bulletin de Philosophie Médiévale de Louvain : t. 24, 1982, p. 115-129 et t. 25, 1983, p. 100-120).
Malheureusement l’édition critique, prévue pour le tome 6 partie 2 de la collection des Oeuvres complètes n’a pas encore paru (Voir l’état d’avancement de l’édition sur le site du Albertus-Magnus-Institut : ici).

=== Transcription ===
Rubrique : Incipit liber primus mineralium quod est de lapidibus. Tractatus primus est de lapidibus in communi. Capitulum primum de quo est intentio et que divisio et modus et ordo dicendorum. In Christi nomine.
Texte : De commixtione et coagulatione, similiter autem et congelatione et liquefactione et ceteris hujusmodi passionibus in libro Methaurorum jam est dictum. In quibus autem isti effectus primus apparent apud naturam, lapidum genera sunt et metallorum, et ea que media sunt inter hec, sicut marchasida et alumen et quedam talium hujusmodi. Et quia illa prima sunt inter composita secundum naturam ex elementis utpote ante coplexionata existencia que animata sunt, ideo de hiis proxime et post scientiam Methaurorum dicendum occurret. Parum enim videntur abundare ultra commixtionem simplicem elementorum. De hiis autem libros Aristotelis non vidimus, nisi exceptos per partes. Et hec que tradidit Avicenna de hiis (capitulo primo sui libri quem fecit de hiis), non sufficiunt. Primum ergo de lapidibus et postea de metallicis et ultimo de mediis inter ea faciemus inquisitionem. Lapidum quippe generatio facilior est et magis manifesta quam metallorum. De lapidum autem naturis plurima in generatione dicenda occurrunt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s