Octobre 1293


Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 702 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1293, octobre

== Regeste ==
Pierre de Villeblovin dresse la liste des biens de mainmorte détenus par l’abbaye de Molesme suite à divers dons.

== Tradition (incomplète ?) ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7H 702. – Original jadis scellé. Parchemin. Hauteur 108/115 mm ; largeur 220 mm.

== Edition ==

A touz ceus qui ces lettres verront, Pierre de Villeblovein (1), escuier, establiz a enquerre sus les aquissicions feites des persones d’esglisse des reli-|2|-gious quels que ciles soient et des non nobles persones, en fiez, en riere fiez, en censsives, en rieres censsives et es aleuz nostreseigneur le |3| roy en la baillie de Sanz (2) salut. Sachent tuit que que nous, en fessant l’office des inquissicions, avons trouvé et seu que li pitanciers de Molesmes (3) |4| tient de l’aumosne la contesse Mehaut de Tonnerre (4) cent solz de rante par an assis sus la prevosté de Crussi (5) XXX. anz a, ou fié l’esvesque de Langres (6). |5| Item a Rici (7) de l’aumosne madame Marguerite, fame feu monseigneur Guillaume de Rici, deus setiers de froumant assis sus deus moulins a Rici, c’est a |6| savoir sus le moulin Craboce et sus le moulin de la Rue, mouvent en fié de Guiot de Rici, en riere fié dou conte de Tonnerre, environ XX. anz |7| a, ou pris de XX. solz tournois chascun setier. Item de Thomassin, fil madame Marguerite, sus ces deus moulins .I. setier de fromant aumosne mo-|8|-vant dou fié Guiot de Rici, escuier, en riere fie dou conte de Tonnerre .X. anz, a ou pris de susdit. Item a Leignes (8) de monseigneur Guillaume, chevalier, |9| .I. setier de fromant et .I. setier d’orge asmonne, sus le moulin que l’en apeile le moulin Maieuz, le fromant ou pris desus dit et l’orge ou pris |10| de XII. solz, mouvent dou fié au conte de Tonnerre, environ XX anz a. Item de monseigneur Hue, son frere, .I. setier de froumant sus ce molin |11| meismes, asmone mouvant dou conte de Tonnerre, ou pris de susdit, .X. anz a. Item a Auceurre (9) de Guillaume de Corbigni .IIII. livres de rante par an |12| sus tout l’eritage feu Martin Fouchier jadis bourgeois d’Auceurre, c’est a savoir sus messons, sus vignes et sus terres asmone .XXX. anz a. Et |13| de ce nous avons creu le dit pitancier par le report qu’i[l] nous a fet, et avons bien fet retenue d’enquerre des closes quant nous ferons ou païs |14| liquels afiné avons pour toutes ces choses a .XXXIII. livres .IIII. solz tournois, et nous en tenons pour poieiz et pour ce que ce soit ferme et estable |15| nous li avons donné ces leitres seeles dou seel duquel nous ussons audites enquestes en l’an de grace mil deus cenz quatrevingz et |16| treize, au mois de ockovre.

  1. Villeblovin, Yonne, cant. Pont-sur-Yonne.
  2. Sens, Yonne, ch.-l. arr.
  3. Molesmes, Côte-d’Or, cant. Laignes.
  4. Mahaut de Bourbon, arrière-petite fille de Mahaut de Courtenay et héritière du comté de Tonnerre en 1252, épouse de Eudes de Bourgogne, meurt en 1262.
  5. Cruzy-le-Châtel, Yonne, ch.-l. cant.
  6. Langres, Haute-Marne, ch.-l. dép.
  7. Riceys (les), Aube, cant. Bar-sur-Seine.
  8. Laignes, Côte d’Or, ch.-l. cant.
  9. Auxerre, ch.-l. Yonne.

2 commentaires

  1. Voici une question sur les points qui se trouvent autour des chiffres que vous éditez tels qu’ils figurent sur l’original. Je n’ai pas pu vérifier sur ce sujet dans :
    École nationale des chartes, Groupe de recherches La civilisation de l’écrit au Moyen âge [Olivier
    Guyotjeannin], Conseils pour l’édition des textes médiévaux, Fascicule II, Actes et documents d’archives, Paris, 2001,
    mais, de mémoire, il me semble qu’il y ait une décision de la CID (Commission Internationale de Diplomatique) dans les années 1980 de supprimer ces points. Cette décision est suivie à partir de l’éditeir des actes de Louis VI et elle était obligatoire pour les éditions faites par les doctorants au moins en 2006 lorsque j’ai dépôsé ma thèse. Qu’en pensez-vous ?

    En comparrant l’édition publiée sur Blog et la correction que vous m’aviez donnée sur mon essai de la transcription (je vous en remercie !), vous m’aviez très justement indiqué :
    – l. 11 mesmes  meisme
    – l. 15 lettre  leitre
    – l. 15 quatrevingt  quatrevingz

    Soline KUMAOKA

  2. Effectivement il est d’usage, particulièrement en France, de ne pas transcrire les points autour des chiffres romains médiévaux dans le cadre d’une édition (cf. l’ouvrage que vous citez, fascicule 1, Conseils généraux, Paris , 2001, p. 29-30), mais de les bien distinguer par l’emploi de capitales. Ici, il s’agit seulement d’un rappel dans la transcription corrigée de ce qui s’est dit pendant la conférence, en insistant sur l’artifice qu’utilisent les scribes médiévaux pour distinguer les chiffres romains des lettres. D’aucuns préconisent aussi de transcrire les chiffres romains en petites capitales.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s