Un acte de 1206

ADCO 15 H 66 (3)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 3 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==

1206

== Régeste ==
Le chapitre cathédral d’Auxerre et Guillaume, son doyen, notifient l’accord intervenu entre ce chapitre d’une part et l’abbé [Pierre Ier] et la communauté de Fontenay, d’autre part, au sujet de la terre de la Croix d’Augy. Le chapitre concède cette terre aux religieux de Fontenay en échange d’une maison sise dans le cloître de l’église d’Auxerre.

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 66, pièce 3. — Original en parchemin, jadis scellé ; 275 x 250 mm (repli 25 mm) ; justification 220 x 220 mm ; réglure à la mine de plomb (15, 220, 15 x 5, 220, 25) ; repli avec 1 entaille centrale, 1 trou au centre et à chaque côté ; écriture diplomatique. Mentions dorsales : (XIIIe s., autour de l’entaille) « Carta de pace capituli Autisiodori super terra ad Crucem de Augiaco » ; « Autissiod. ; « IIa » ; (XIVe s. ?) « 1206 » ; (XVIIe s.) « Auxerre. Echange entre Mrs de Fontenay et le chapitre d’Auxerre qui leur a donné une piece de terre qui avoit esté à Guy Jouart à la Croix d’Augy aux deux chemins de Vaux et d’Augy et Mrs de Fontenay ont donné audit doyen leur maison du cloistre d’Auxerre. 1206. Cotte M » ; (1787) « N° 9 / 1206 / Echanges ».

== Mentions ==
INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 18r (Auxerre, M). — ADCO 15 H 3, p. 44 (IV. 1. 9) : « scellé d’un sceau qui y étoit autrefois, ne restant plus qu’une queue de parchemin pendant ».

== Edition ==
Willermus decanus totumque capitulum Altisiodorense(1) universis ad quos littere presentes pervenerint, salu-|2]-tem in Domino. Noverit universitas vestra quod, cum inter nos ex una parte et abbatem(2) et conventum de Fonteneto(3), |3| ex alia, contentio verteretur super quadam terra que fuit Guidonis Joardi sita ad Crucem de Augiaco(4) in |4| bivio de Vallibus(5) et de Augiaco(6), in censu Osberti de Petra Pertuis(5), compositum fuit inter nos et illos in hunc |5| modum. Quod nos predicto conventui et abbati terram illam concessimus et concedimus, laudavimus et laudamus, et ipsi in |6| recompensationem hujus rei nobis dederunt et concesserunt habendum in perpetuum domum suam que fuit |7| Johannis Beroardi, sitam in claustro nostro quam Herveus Niger sub annua pensione decem solidorum tenet in vita |8| sua et a nobis decetero tenebit. Illius igitur terre concessionem quam eis fecimus sigilli nostri munimine confir-|9|-mamus ita quod nec nos nec aliquis alius nomine nostro de terra predicta conventum decetero molestabit |10| neque trahet in causam, ita eis eam concessimus pacifice in perpetuum possidendam. Actum anno verbi incar-|11|-nati millesimo ducentesimo sexto.

  1. Auxerre, Yonne
  2. Pierre Ier, abbé de Fontenay, 1205-1207, cf. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 17, Paris, 1971, col. 904
  3. Fontenay, Côte d’Or, arr. Semur, cant. Montbard, comm. Marmagne
  4. Microtoponyme non identifié
  5. Vaux, ancienne commune de l’Yonne qui a fusionné avec Auxerre en 1972
  6. Augy, Yonne, arr. et cant. Auxerre
  7. Pierre-Perthuis, Yonne, arr. Avallon, cant. Vézelay

== Commentaire paléographique ==
Cet acte a été choisi parce qu’il présente peu de difficulté à la lecture et permet de s’initier aux caractéristiques les plus évidentes de l’écriture diplomatique : stylisation des lettres, allongement des hastes.
Les difficultés rencontrées par les étudiants n’ont en conséquence pas été très nombreuses, elles concernaient les lettres « a » avec partie supérieure allongée prises pour « d », les lettres « s ». Elles concernaient également la perluète de la cinquième ligne.
Pour les étudiants débutants, cet acte est aussi l’occasion d’introduire

  1. des réflexions sur l’écriture gothique, et en particulier
    1. l’emploi des « i » longs en fin de mots pour faciliter la lecture
    2. la notion de capitale à redoublement : « T » de totumque, « S » de salutem, « N » de noverit, « O » de Osberti
  2. les abréviations les plus fréquentes et, partant, les plus utiles, qui n’avaient pas été déjà vues dans la bulle pontificale. On notera le bel exemple d’abréviation -orum de solidorum à la ligne 7
  3. le formulaire des actes, notamment l’adresse universelle

Notes théologiques

London, British Library, MS Arundel 213 (5v-6r)
London, British Library, MS Arundel 213 (5v-6r)

The British Library Digital Catalogue of Illuminated Manuscripts
** The British Library**
(Reproduit avec l’autorisation de la British Library)
© British Library Board. London, British Library, MS Arundel 213.

== Transcription ==
Extraits et notes, VIIIe – IXe siècle, abbaye de Saint-Jacques de Wurtzbourg.

Londres, British Library, Ms. Arundel 213, fol. 5v- 6r

[5v] Dauuit propheta dixit. « Qui pecuniam suam non dedit ad usuram et munera super innocentem non accepit »(1) . Et in lege Moysi scriptum est : « Si in paupertate frater tuus venerit ad commutare(a) et sublevare debeas ne sit in paupertate. »(2) Et alibi Dominus per profetam dicit : « Usuram et superhabundantiam nolite recipere »(3). Superhabundantiam id est in melioratam rem, quia propter ea Dominus sacerdotes de templo ejecit ementes et vendentes(4). Ergo anona et vino unusquisque quam prestat, non recipiat amplius. Et Spiritus sanctus per Salomonem dixit : « M[a]ledictus(b) homo qui abscondit frumenta et benedictio super capta vendentium »(5) et prestantium. Et cui Deus dedit intellectum vel sapientiam(6) et hoc vendere voluerit(c), non debet, ut dicitur : « Eme sapitentiam et noli vendere eam »(7), quia qui ipsam vendere voluerit usura dicitur, quia Dominus in evangelio sic dixit : « Gratis accepistis gratis date »(8). Et qui usuras non accepit perfectionem adhuc intellegit, ut dicitur : « Frange esurienti panem tuum et egenos vagosque, qui(d) sunt sine tecto, induc in domum tuam et cum videris nudum operi eum et carnem tuam ne dispexeris(e) »(9) . Et Dominus per Esaiam profetam dixit : « Qui excutit manus suas ab omni(f) munere, iste in excelsis habitat »(10). Est munus(g) a manu et est munus ab ore et munus ab obsequio(11). Et alibi dixit : « Beatius(h) est dare magis(i) quam accipere »(11). Et Dominus dicit : « Qui petit a(j) te da ei et volenti mutuare(k) a te ne(l) advertaris »(13). Mutare hoc est in promutare. Et(m) in Deuternomio scriptum est : « Non fenerabis fratre tuo ad usuram pecuniam, nec fruges nec quamlibet aliam rem, fratri autem tuo(n) absque usura id quo(o) indiget accommodabis, ut benedicat tibi Dominus Deus tuus in omne tempore »(14). Et dicit : « Si emeris servum Hebreum sex annus(p) seruiat(q) tibi septennium(r) et demitte eum [6r] liberum »(15). Dum ipsa ueritas ait : « Non veni legem soluere sed et implere »(16). Quia lex per Moysen data est, gratia et veritas per Ihesum Christum facta est. Ergo in melius commutata est gratia per Filium in nouo testamento quam lex per seruum(s) in veteri(t) testamento.
VIII. De penitentia.
Dominus in evangelio dicit : « Paenitentiam agite. Appropinquavit enim regnum caelorum » (17). Et alibi dicit : « A diebus autem Johannis Baptistae usque nunc regnum caelorum vim patitur, et violenti(u) diripiunt illud »(18), id est dum peccator paenitens intrat. Sicut « aqua extinguit ignem ardentem »(19) sic paenitentia delebit crimina fontibus lacrimarum. Qui non penitet, modo nudus remanebit in umbra mortis. Qui vero timet Deum(v) per paenitentiam inluminatur(w). O paenitentia rutilentior(x) auro, splendidior sole, sine qua non est vivere nec Deo placere. Johannes(y) Baptista clamat « facite fructus dignos(z) paenitentiae »(20), quando ecce adest regnum Dei. Explicit

(a) vel accomodare dans l’entreligne. – (b) mediledictus corr. mledictus. – (c) voluerit peut-être exponctué par  – (d) qui ajouté dans l’entreligne. – (e) dispe [une lettre effacée par grattage] eris, avec ex ajouté dans l’entreligne. – (f) omne corr. omni. – (g) manus corr. munus. – (h) Beatus corr. beatius. – (i) magis ajouté dans l’entreligne. – (j) a suivi d’un espace gratté. – (k) mutare corr. mutuare. – (l) adtende corr. a te ne. – (m) de barré suivant Et. – (n) fratrem autem tuo corr. en f. a. tuum par addition de um dans l’entreligne puis l’ensemble est supprimé par soulignement et remplacé par fratri autem tuo dans l’entreligne. – (o) quod corr. par exponctuation quo. – (p) sic pour annos. – (q) serviet corr. serviat. – (r) septimum corr. fautivement septennium. – (s) seruo corr. seruum. – (t) vetus corr. veteri. – (u) volenti corr. violenti. – (v) deo corr. deum. – (w) inluminator corr. inluminatur. – (x) vel radiantior ajouté dans l’interligne. – (y) Johannis corr. Johannes. – (z) dignus corr. dignos.

  1. Ps 14, 5.
  2. Cf. Lev. 25, 39.
  3. Ez 18, 17.
  4. Cf. Jn 2, 15.
  5. Pr 11, 26.
  6. Cf. Ex. 36, 1.
  7. Pr 23, 23.
  8. Mt 10, 8.
  9. Is 58, 7.
  10. Is 33, 15 et 16.
  11. Gregorius Magnus, Moralia in Job, lib. XII, par. 54 (CCSL 143A), et Homiliae in Evangelia, lib. I, hom. 4 (CCSL 141).
  12. Ac 20, 35 ; cette phrase est attribuée au Christe dans les Actes : « ac meminisse verbi Domini Jesu quoniam ipse dixit (Ac 20, 35) », alors qu’aucun des évangiles ne contiennent cet enseignement.
  13. Mt 5, 42.
  14. Dt 23, 19-20.
  15. Ex. 21,2.
  16. Mt 5, 17.
  17. Mt 3, 2
  18. Mt 11, 12
  19. Eccli 3, 33
  20. Lc 3, 8

== Note sur la transcription ==
Dans cette transcription, nous avons choisi d’utiliser l’italique pour indiquer une rubrique et de ne pas indiquer les abréviations, au demeurant assez peu nombreuses (voir commentaire paléographique).
A des fins de bonne lecture et de meilleure compréhension, nous avons restitué les signes j et v. Vu l’ancienneté du texte manuscrit, un autre choix aurait parfaitement pu être envisagé pour mettre en valeur le système graphique du scribe, si celui-ci avait fait un usage remarquable de formes V ou I long.

== Commentaire paléographique ==
Le texte est écrit en une minuscule anglo-saxonne régulière, apparemment assez facile à lire. Des difficultés, voire de véritables chausse-trapes, sont pourtant disséminées tout au long du texte.
S / R. La lettre R est tracée comme un s long, mais revient systématiquement se poser sur la ligne, pour se fermer presque comme un n. C’est l’un des écueils de ce texte, en particulier à la fin, dans le mot sex si facilement lu ‘rex’, ou bien dans les abrévations dr avec tilde, prise par beaucoup pour ‘ds’ (Deus), ou encore fr rarement bien lu.
– ligature à partir du E. Un point d’achoppement est constitué par la faculté de la lettre E à se lier par la barre horizontale à la lettre qui suit. Au début de la ligne 7, dans deux mots consécutifs : et vendentes ; à la ligne 8, per. La ligature et intervient naturellement aussi en milieu de mot (profetam). La ligature EG est trompeuse, car elle complète la lettre G à laquelle notre oeil est habitué (cf. et egenos à la ligne 14).
– abréviation per de forme remarquable (P avec une petite crête).
– les corrections sont assez nombreuses, reflétant un état initial assez défectueux. Deux grands « classiques » de la correction médiévale se donnent déjà à voir : l’exponctuation (‘inluminator’ corrigé en ‘inluminatur’ au feuillet 6r) et l’insertion d’une leçon variante par le mot vel dans l’entreligne, celui-ci étant abrégé par la lettre l barrée.

Bulle pontificale

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 20 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
[1264], 18 février (1). – Orvieto (2) .

== Regeste ==
Le pape Urbain [IV] (3) accorde à l’abbé [Guillaume] (4) de Molesme (5), à sa demande, l’autorisation pour les monastères de moniales dépendant de son abbaye de recevoir exceptionnellement une moniale.

== Tradition ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7 H 20. – Original jadis scellé (5). Parchemin.
a. Jean Guiraud, Les registres d’Urbain IV (1261-1264) : recueil des bulles de ce pape (…), Paris, 1899-1958, t. IV, 1906 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 13), p. 69, n° 2980, d’après A.

== Edition ==
Urbanus episcopus, servus servorum Dei, dilecto filio .. abbati monasterii Molismensi, ordinis sancti Benedicti, Lingonensis diocesis, salutem et apostolicam |2| benedictionem. Ex parte tua fuit nobis humiliter supplicatum ut in quolibet monasterio monialium, monasterio Molismensi (a) pleno jure subjecto, |3| faciendi recipi jam(b) personam ydoneam in monacham et sororem, non obstante certo ipsorum monasteriorum monialium numero, juramento, |4| confirmatione sedis apostolice aut alia firmitate vallato, aut si priorissis et conventibus predictorum monasteriorum a sede apostolica indultum |5| existat quod ad receptionem alicujus minime teneantur, vel qualibet alia indulgentia sedis predicte, per quam effectus pre|6|sentium impediri valeat aut differri, tibi licentiam concedere dignaremur. Nos itaque, tuis supplicationibus inclinati, licen-|7|-tiam tibi, dummodo ad id priorissarum et conventuum eorumdem monasteriorum accedat assensus, auctoritate presentium |8| concedimus postulatam, prefato numero post receptionem ipsarum in suo nichilominus robore duraturo. Dat. |9| apud Urbem Veterem XII kal. Martii, pontificatus nostri anno tertio.

(a) Molesmensi a. — (b) jam sur grattage A, unam a.

(1) Date restituée d’après les itinéraires pontificaux.
(2) Orvieto, Italie, région Ombrie, prov. Terni.
(3) Urbain IV, pape (1261, 29 août – 1264, 2 octobre).
(4) Guillaume, abbé de Molesmes (1251-1270), cf. Gallia christiana (…), Paris, 1728, t. IV, col. 737-738.
(5) Molesme, Côte-d’Or, cant. et comm. Laignes.
(6) Trace d’un sceau pendant.

== Commentaire diplomatique ==
Cet acte est une lettre apostolique sur fil de chanvre ou littera apostolica cum filo canapis. Ce type d’acte a les caractéristiques suivantes :

  1. Suscription : au nom du pape, avec seulement son prénom, et la formule episcopus, servus servorum Dei. En l’absence de scellement. L’absence de décoration sur le nom du pape indique qu’il ne s’agit pas d’une lettre avec fils de soie, mais d’une lettre avec fils de chanvre. Le numéro d’ordre du pape n’est pas indiqué dans la suscription, il ne l’est que sur la bulle. Celle-ci étant perdue, l’identification du pape se fait grâce à l’itinéraire des papes : seul Urbain IV s’est trouvé à Orvieto le 18 février de sa troisième année de pontificat, s’étendant, pour Urbain IV, du 4 septembre 1263 au 3 septembre 1264.
  2. Adresse : au datif, qui commence ici par deux points, marquant la place du prénom absent, car l’acte s’adresse à l’abbé ès qualités
  3. Salut : de forme figée salutem et apostolicam benedictionem, constamment abrégé, du XIIIe s. au XVIe s. sous la forme salt. et aplicam ben., typique de la chancellerie pontificale
  4. Exposé : ici assez long, rappelant la demande formulée par le destinataire ; cette demande est ici allongée par les clause dérogative introduite à l’ablatif par non obstante.
  5. Dispositif : court, introduit par Nos itaque et caractérisé par le verbe concedimus. A ce dispositif s’ajoutent une clause conditionnelle de consentement et une clause de réserve, de sorte que le privilège donné par cet acte ne crée pas de précédent et que la dérogation ne se réitère pas.
  6. Date : l’abréviation est systématiquement ‘dat.’ de sorte que la restitution est incertaine (datum ou data). La chancellerie pontificale n’indique le millésime qu’à partir du pontification d’Eugène IV (1431-1447), sauf pour les privilèges solennels où le millésime était déjà présent avant. En revanche, le jour et l’année de pontificat sont de règle.
  7. L’acte n’était pas une lettre close (on voit des traces de pliures, mais il n’y a pas de trace d’attache et pas d’adresse au verso).

    Pour aller plus loin : voir Thomas Frenz, Papsturkunden des Mittelalters und der Neuzeit, 2e éd., Stuttgart 2000.
    et http://www.phil.uni-passau.de/histhw/cancellaria/