Vies de saint Thibaut de Provins : écritures françaises du XIIIe s.

null
Vie de saint Thibaut
Paris, Bibl. nat. de France, ms. Français 24870, page 46

[p. 46] Incipit vita beati Theobaldi
Or antandez, tres douce gent,
un dit qui est et bel et gent,
et fetes feste et joie tuit
de seint Thibaut, et grant deduit.
Seinz thibauz de tres bone anfance
fuit engendrez de gent de France
el terrouel de Troiesins,
mes il fui norri a Provins ;
et Arnoul avoit non ses pere,
et Guieline fu sa mere,
et paranz es quens de Champaigne
et a l’avesque de Vianne
qui Thibaut estoit apelez,
avant que seinz Thibauz fut nez

Lectio libri Sapientie
Ce fuit au tans Herri li rois
qui tint le regne des François
et au tans Phelippe son filz
roi de France, ce dit l’escriz,
que li seinz vout en sa jauvrece
an son cors metre grant destrece,
geüner et vestir la here,
por ce que il vout a Deu plere.
Mist si an Deu tote sa cure
que de richce n’avoit cure.
Cis seinz Thibauz que vos oiez
fuit chevalier por veritez,
mas pou maintin chevalerie,
car meuz amoit plus povre vie.
Seinz Thibauz, li Deu chevalier,
contre Pasques vout tot laissier :
terre et paranz et maisons
et totes ses possessions.
O soi menai un chevalier
qui estoit apelez Gautier,
deus escuiers ne plus ne mains ;
soi quart an ala droit a Roins
ausint com pour querre hernois
con chevlier de lor androis.
Mes quant il furent ostelé
a seint Remi an la cité,
li dui chevlier seulemant
le soir pristrent lor parlemant ;
apuis s’en vont a lor somiers.
Lessent harnois et escuiers,
que dou lor n’amporterent plus
feur les robes qu’orent vestus.

null
Vie de saint Thibaut
Paris, Bibl. nat. de France, ms. Français 24870, page 68

[p. 68] Incipit prologus de vita beati Theobaldi confessoris

Les seignors anciains qui ont batailleor
Çai en arriers esté et de genz venqueor,
Et les noms des poëtes qui furent jangleor,
Oons tan qu’as estoiles eslever hui tot jor ;

Et cil qui orandroit sont en presente vie
Lisent en lue d’ystoire iceste trupherie
Ou n’a honor ni prou ni de bien maalie.
Granz partie des genz a ice s’estudie.

Si les los des faus des si aornés trovons
O de lors chevaliers, co ci nos devisons,
Les dons que Des as siens done, que ne contons,
Se il lo nos otroie, a miaus que nos poons ?

Li Saverres do monde, li peres soverains,
Cil qui cinc mile homes saola de cinc pains
Aviau les deux poissons, dit, toz en sui certains,
A ceaus qui toi (a) voloient establir de lor mains :

« Ovrez non pas viande, li quels soit trepassable,
Mas cele qui sera toz jors mais pordurable,
Si quite volés estre de la main au diable. »
Iço commande Des. No tenez mie a fable.

(a) Hill édite « roi » qui est correct pour le sens, mais la morphologie de la lettre écrite n’est pas ambiguë.

, ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 37 followers

%d bloggers like this: